Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le billet d'humeur du prof

Le billet d'humeur du prof

Un regard sur l'école

Titoine au pays des merveilles

        Ce qui va suivre n'est que pure fiction. Toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite. Encore que

 

        Titoine est sur le chemin de l'école. Une cité scolaire plus précisément. Depuis quelques années, il y enseigne à des élèves de collège et de lycée. Après avoir donné cours à ses élèves de seconde ce matin-là, il retrouve ses copains, professeurs, comme lui.

 

        Ici, tout est beau, les salles sont grandes et les couleurs aux murs, vives. Titoine s'y plaît. Les élèves sont à l'écoute et travaillent. Ils sont créatifs et proposent des travaux originaux. Ils ne se jugent pas entre eux et s'entraident. Il fait bon vivre dans cette école. De l'humain, du bon sens et de l'ordre. Oui, les choses sont à leur place et Titoine en est ravi.

 

        Un après midi, après le déjeuner, il rencontre une stagiaire professeure, Lily. Elle lui demande où le CPE se trouve. Il lui répond qu'il n'y en a pas. On s'est rendus compte qu'ils n'avaient aucune utilité. Vraiment aucune. Ils aggravaient même la situation quand ils étaient là en embêtant Titoine et ses copains professeurs.

 

- Ah bon ? Mais alors, ils ne vous aidaient pas à assurer le bon déroulé de vos cours ?

- Oh non, certainement pas. Quand un élève perturbait le cours, on était convoqués. Oui, nous professeurs !

- Ben ça alors…

 

        Titoine était innocent et aimait parler comme il voyait les choses, sans fioritures. C'est aussi le principe de cette école. Lily n'en avait pas fini d'en découvrir des choses dans cet établissement. Tout était si beau, si calme, si joyeux.

 

        Chemin faisant, elle trouve un papier par terre sur lequel un élève a griffonné un petit mot à sa camarade. Ici, les élèves s'envoient des petits messages. Point de téléphone. Ils y sont proscrits. Une interdiction officielle suivi d'effets. Dès l'entrée, ils doivent être mis dans le casier. Ici, les casiers servent à quelque chose.

 

        Dans la salle des profs, Titoine présente la stagiaire aux collègues. Chacun a un petit sourire, un petit message d'encouragement, ou sinon simplement un petit bonjour. Ici, les professeurs se disent toujours bonjour et ils accueillent les nouveaux. Ici, ils savent mettre à l'aise une nouvelle recrue. Ici, ils ont compris combien ignorer son collègue n'apportait rien à la communauté.

 

        Titoine constate qu'une collègue n'a pas bonne mine et se plaint auprès d'autres copains collègues d'une heure de cours qui s'est visiblement mal passée. Contre toute attente, elle exprime les raisons pour lesquelles le cours lui semble raté car des petits différends avec des élèves l'ont empêché de travailler comme elle voulait. Titoine s'empresse de rassurer la stagiaire : ici, on peut parler librement et dire ce qu'il ne va pas. Ici, on ne sera pas hypocrite avec toi. Ici, on ne te dira pas que c'est de ta faute. Ici, on ne te dira pas qu'il fallait envisager ton cours différemment pour éviter les débordements. Non, ici on t'écoutera et comprendra la réalité de ta difficulté.

 

        Au loin, Titoine voit un professeur qui dit au revoir à ses collègues. C'est bizarre, on dirait un adieu... Il s'approche. Il veut aussi saluer ce collègue qu'il reconnaît bien maintenant : Timéo. Timéo s'en va. Le métier ne l'intéresse plus. Il dit qu'il a fait son temps. Ici, les professeurs n'ont pas à demander l'autorisation de démissionner. Pas de délai. Pas de conditions. Quand ils sont décidés, l'institution les accompagne et les aide. Qu'il fait bon vivre dans cette école. Et puis, si Timéo veut revenir, il est le bienvenu. Il n'a pas à repasser le concours. On lui fait confiance. On sait qu'il a les compétences. La performance de ses élèves parlent d'elle même. Ici, on regarde les résultats des élèves. Titoine trouve cela parfois stressant mais il est heureux de savoir qu'il sert à quelque chose. Et surtout, il est ravi de ne pas avoir à jouer la comédie pendant une séance d'inspection à pondre une séance à la mode. Après tout, ce n'est pas une poule.

 

        Quand les résultats ne suivent pas, le professeur est accompagné vers la sortie. Ici, quand on fait visionner des films toute l'année, quand on n'évalue pas les élèves, quand on ne cherche pas à les faire progresser, quand on prend des photos avec eux pour son compte Instagram, on est vite invités à quitter l'école. Titoine le sait. Ses copains professeurs ne sont pas des « tocards ». C'est ce que sa cheffe lui répète toujours avec le sourire. « Ici, il n'y a pas de tocards… ». Titoine en est heureux.

 

        Il est 13H55 et Titoine doit aller récupérer ses élèves. Il souhaite bon courage à sa collègue Lily puis se précipite dans sa salle. Il s'en approche. Les élèves attendent. Il les fait entrer et soudain, il se réveille en sursaut. Il faisait une petite sieste dans la salle des professeurs de sa véritable école. Le CPE l'a réveillé par ses braillements.

 

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :